Chat

Histoire de chats perdus

Je vous partage ici quelques histoires qui me sont arrivées au fil des années autour de la thématique de la perte d’animaux. Celles-ci concernent toutes des chats.


Le petit chaton qui cherchait sa famille

Un soir alors que nous rentrions du marché de nuit à St Denis (La Réunion), au moment d’ouvrir le portail j’entends un miaulement autour de moi. Spontanément je réponds « Oui mon cha-chat, ça y est nous sommes rentrés ! ». Mais ce miaulement m’a semblé bien jeune, comme celui d’un chaton. En ouvrant le portail je constate qu’il y avait effectivement un chaton qui était dans le chemin à côté de la voiture. Il a spontanément couru dans mes jambes et s’y est frotté en ronronnant. Incroyable ! Mais d’où sortait ce petit chat ? Je ne l’avais jamais vu auparavant et aucun signe non plus de portées dans le voisinage.

Nous l’accueillons alors avec surprise pour la soirée et ce petit chat semblait à la maison comme chez lui ! Je prépare alors deux annonces, une sur Pet Alert l’autre sur Patte en Cavale. Comme le petit chaton avait des puces, je lui mets une ½ pipette et au terme d’une longue conversation d’hésitation avec mon conjoint nous prenons la décision de le faire dormir dans la cour (une erreur à ne pas commettre !). Je l’entends pleurer à plusieurs reprises dans la nuit et ça me fend le cœur mais la décision était prise, je ne souhaitais pas perturber plus mes trois autres matous déjà pas très à l’aise dans cet habitat encore récent pour eux. Et puis au bout d’un moment plus rien.

Le matin je me lève à l’aube et fais le tour de la cour. J’appelle, j’appelle mais plus de petit chat ! Je pensais pourtant notre cour sécurisée pour un petit chaton qui ne peut pas sauter bien haut et qui ne peut pas passer le mur. Sauf que je n’avais pas pensé aux petits barreaux d’évacuation des eaux ! Et le chaton avait dû se faufiler de jardin en jardin dans la nuit grâce à ces petites passages secrets ! Heureusement je l’entends peu de temps après chez la voisine. Je me laisse alors le temps d’une heure ou deux avant d’aller la voir me disant que peut-être le chaton est sensé vivre avec eux. Mais à peine quelques temps plus tard, je l’entends chez un autre voisin. Cette fois je sais que ce n’est pas pour y rester car ce voisin ne se sent plus capable d’avoir un animal à s’occuper. Je récupère donc le petit chat et le ramène à la maison. Il était tout content et ronronnant, heureux de retrouver les petits jouets que je lui avais sorti la veille. Pour lui c’est comme s’il ne s’était rien passé !

A peine deux heures plus tard, voilà que je reçois une notification sur la publication Pet Alert. Puis deux, puis trois ! Une dame qui vit à environ 2km de chez moi pense que j’ai recueilli son chat disparu il y a plusieurs semaines de ça. Une demi-heure plus tard elle était dans mon salon me montrant les photos de son petit chat. Evidemment, sans identification officielle difficile de dire si c’était lui ou non. Le chat venait facilement vers elle et semblait répondre à un nom mais pas à tous les coups et pas de manière très franche. Disons que c’était un petit chat humainement très sociable. Quelques éléments ne coïncidaient pas vraiment (notamment au niveau de l’âge probable et de la position des rayures sur la robe du chat). Mais bon… Cette dame semblait néanmoins très intéressée pour recueillir le chaton. Je me suis dis « pourquoi pas ? ». Et au moment même où j’ai pensé cela j’ai reçu une autre notification sur mon téléphone, suivie d’un appel d’une famille qui me dit qu’ils sont sûrs que c’est leur chaton ! Ils m’expliquent que ce petit chat vit avec sa sœur (d’une toute autre couleur) et qu’ils l’ont perdu il y a 2jours ; ils habitent à 1,5km de chez moi. Je reçois alors l’intuition de leur dire, venez tout de suite, avec sa sœur si possible !

30mn plus tard ils arrivent à la maison avec leur 2ème chaton. A peine l’ont-ils posée sur le sol de mon salon que les deux chatons ont courus l’un vers l’autre et se sont mieux à faire des roulades et partir dans des jeux bien à eux ! Ça alors ! Quelle surprise ! Il n’y eut plus de doute ! C’était bien leur chaton ! Et la première dame arrivée ne put que constater cette vérité frappante et joyeuse. »  

Alors comment ce si petit chat a-t-il parcouru ces 1,5km pour arriver jusqu’à mes jambes la veille au soir ?

Et pourquoi cette dame qui aimait tellement son petit chat perdu il y a plusieurs semaines et prête à recueillir celui-ci n’a pu le faire ?

Cela restera un mystère entier.

Ce que je sais c’est que cette histoire m’a appris et apporté des leçons personnelles, notamment « savoir ouvrir sa porte », faire l’effort de prendre un petit « risque » pour aider l’autre et faire attention aux pièges de la peur qui est partout et qui ne fait pas avancer les choses (j’ai failli perdre ce petit chat par peur des puces…). Et enfin et surtout, cela m’a enseigné la beauté et la spontanéité du moment quand on s’abandonne à la vie et à la confiance ! Voir ces retrouvailles se réaliser après plusieurs rebondissements et incroyablement belles synchronies a été un des plus beaux moments que j’ai vécu ce mois-là ! Un souvenir gravé dans mon cœur 😊


Disparition de plusieurs mois de la minette d’un couple d’amis

Une autre histoire concerne un couple d’amis à nous qui avait perdu une de leurs deux minettes. Celle à laquelle mon amie était le plus attachée du fait de leur histoire commune.

Elle m’a alors demandé d’essayer de la contacter, de voir où elle pouvait être.

A part voir de hautes herbes et ressentir un enfermement comme dans un garage ou une voiture, je n’ai rien perçu de très concret qui puisse mettre sur une quelconque piste.

Après qu’ils aient tout essayé en terme de recherche, rien, aucun signe de la minette.

Mon amie est alors entrée dans la phase de « lâcher -prise » comme je l’ai nommé dans mon article de Conseils et techniques pour retrouver un animal perdu ou égaré. Tout en gardant cette étincelle d’espoir, cette connexion à sa minette perdue et en honorant sa mémoire et ses souvenirs.

Quelques mois plus tard, l’anniversaire de mon amie se prépare. Elle dit alors à son compagnon que le seul cadeau d’anniversaire quel aimerait réellement recevoir soit le retour de sa minette.

Et oui, je vous le donne en mille, quelques jours (ou semaines, je ne sais plus exactement) avant son anniversaire, notre couple d’ami reçoit un appel d’un cabinet vétérinaire situé à plus de 10km de leur domicile ! Un autre couple avait recueilli (sans le savoir) leur minette après l’avoir retrouvée affamée dans leur jardin. Et puis, bien des jours après l’avoir « apprivoisée », ils l’ont amené voir un vétérinaire qui constata qu’elle était pucée. Et en scannant la puce, le vétérinaire pu retrouver sa famille originelle !

Quelle joie ce fut pour mon amie de retrouver sa minette ! Quel merveilleux cadeau de la vie !

Après une petite phase de réadaptation à son environnement (notamment la cohabitation avec une chienne qui n’était déjà pas simple avant son départ), la minette a repris sa place dans la tribu, pour le plus grand bonheur de tous.

Comme quoi, il n’y a vraiment aucune règle et il y a toujours de l’espoir pour peu qu’on garde cette étincelle, cette connexion dans notre cœur.


Disparition d’une de mes pensionnaires félines en pleine garde d’animaux

Cette histoire s’est déroulée il y a quelques années alors que je pratiquais la garde d’animaux à mon domicile.

Elle concerne une de mes « clientes » régulières, la demoiselle Frimousse que je recevais pratiquement à chaque vacances scolaires et qui a continué à venir dans notre petite « pension » malgré 3 déménagements successifs. En accord avec son propriétaire, je la laissais sortir dehors après quelques jours, parfois sous surveillance parfois non. J’avais appris à avoir cette confiance en elle et de lui accorder cette possibilité. C’est d’ailleurs une des seules qui pouvait sortir (en plus de notre tribu à nous) car elle connaissait bien la maison, les animaux environnants, notre tribu féline et les alentours de la maison. Elle n’allait d’ailleurs jamais bien loin. Mais un soir, la demoiselle Frimousse tardait à rentrer. Je suis allée la chercher, l’appeler (je ne connaissais pas la méthode « Patricia Franckhauser » à cette époque). Toujours rien. Je commençais à m’inquiéter sérieusement mais j’ai fini par me convaincre que la nuit porte conseil comme on dit et qu’elle serait sûrement à la fenêtre le lendemain matin pour réclamer son repas. Malheureusement le lendemain matin toujours rien. Je suis alors repartie en tournée d’appel, en me laissant un espoir jusqu’à 12h avant de prévenir son propriétaire.

Le midi toujours rien. Son propriétaire ne s’inquiéta pas pour autant car cela arrivait souvent qu’elle « disparaisse » 24 à 72H. Cela m’a à peine rassuré car elle était en garde sous ma responsabilité dans un environnement qui n’est pas le sien à l’année et je ne pouvais pas accepter l’idée de la perdre ainsi. J’ai alors imprimé des affiches, mis des annonces en ligne, interrogé le voisinage et fait des tours réguliers dans le quartier. Toujours rien.

Le soir alors que nous patientions sur la terrasse avant de partir pour une énième tournée de recherche un bruit se fit entendre dans les buissons. J’ai alors appelé Frimousse qui me répondit en pointant le bout de son nez sur la terrasse ! Quelle joie ! Quel soulagement !

La demoiselle était pleine de légers branchages qui s’étaient pris dans ses longs poils du fait de sa fraîche nuit en extérieur ! Enfin elle était rentrée ! Sans que jamais je ne sache où elle était ni pourquoi elle ne m’a jamais répondu ni n’est sortie de sa cachette.

Ce que j’ai volontairement omis de dire dans la narration de cette histoire c’est que le jour de la disparition de Frimousse il y avait un fort mistral qui dura bien 12h ! Et quelque part, au fond de moi, j’étais convaincue qu’elle était vraiment tout près de la maison mais qu’avec le vent son sens de l’orientation était probablement très brouillé. Alors, avec la patience légendaire que nous reconnaissons au chat, elle se cacha et attendit près de 24h avant de reprendre le chemin de retour vers la maison !

Les chats que nous pensons parfois perdus sont en fait très souvent très proches de notre domicile. Une moyenne parle de 0 à 500m. A savoir que selon des études menées, 50% des chats sont retrouvés dans les 50m autour du domicile. Mais comme vous avez pu le comprendre à la lecture des deux premières histoires ceci n’est qu’une moyenne et chaque histoire est unique.


De l’autre côté de la haie

Une autre histoire, celle de mon Vin (« VinE » à la prononciation), « perdu » quelques heures dans notre 1er habitat sur Nantes

A l’époque nous habitions un appartement avec un petit jardin de chaque côté mais non « sécurisé ». Les animaux de petite taille pouvant aisément se faufiler au travers des taillis. A cette époque nous ne laissions sortir ni Vin ni sa sœur Vixy, bien qu’ils soient nés à la campagne au grand air, par peur de les perdre !

Et puis un jour, je ne sais plus trop comment ni pourquoi mais Vin s’est faufilé dehors et a disparu !

Encore très peu spirituelle à cette époque j’ai très vite sombré dans la détresse de la « mère chat » catastrophée et me suis mise dans tous mes états. L’appelant dans le voisinage toutes les heures. Je me rappelle qu’il pleuvait ce jour-là et je l’imaginais transi de froid et effrayé.

A force de faire le tour de la Résidence à un moment donné j’ai vu un bruissement dans une haie voisine. La haie juste à côté de la porte d’entrée de l’immeuble, soit à même pas 10m de notre jardin. En me baissant et en regardant au plus près de l’intérieur de la haie j’y ai vu mon Vin qui était blotti au sol, trempé, sa queue collée à son flanc. Son regard était vide et ses yeux ronds, il semblait complètement perdu. Il ne répondit jamais à son nom, même alors que le voyais dans la haie. J’ai alors cassé plusieurs branchages jusqu’à l’atteindre et le récupérer. Il s’est laissé faire comme un « poids-mort ». Je l’ai ramené à la maison et sa sœur est de suite venue vers lui pour le sentir, le reconnaissant malgré les différentes odeurs qu’il devait porter sur lui.

Vin se détendit enfin et après un bon séchage et nettoyage des patounes (elles étaient devenues plus noires que blanches avec la boue) Vin reprit instantanément ses habitudes dans la maison et alla se coucher dans un petit coin après avoir croqué quelques croquettes. Quelques heures plus tard c’est comme si rien ne s’était passé, Vin et Vixy se remirent à jouer comme des petits fous en ravageant tout le salon ^^ !

C’est assez frustrant de constater que même notre meilleur compagnon de vie, qui nous connait depuis son plus jeune âge puisse se retrouver si près de nous sans même avoir la force ou la confiance de répondre à notre appel. C’est comme s’il se sentait tellement perdu dans le vaste monde qu’il en devenait « figé », comme une statue.

J’ai d’ailleurs eu à nouveau cette même expérience après notre déménagement sur l’Ile de la Réunion. Au moment où nous avons récupéré nos 3 chats après la descente de l’avion ils avaient tous les trois ce même regard rond et vide et aucun d’eux ne répondit à son nom. Ils étaient complètement choqués et traumatisés ! En plus ils allaient devoir encore s’habituer à un nouvel environnement.

Il leur a fallu plusieurs heures avant de ne serait-ce que revenir vers nous et même plusieurs jours à notre plus jeune chat « Chaï » pour reprendre confiance en nous. Ça a été une sacrée épreuve à traverser mais depuis nous avons pu retrouver un assez bon équilibre tous ensemble.

Je sais pourtant, intérieurement, qu’ils ne sont pas complètement heureux et épanouis là où nous sommes en ce moment. C’est comme ci ils faisaient l’effort de « rester pour nous », l’effort de rester à nos côtés. Alors je garde l’espoir qu’un jour les conditions adéquates se mettront en place et que nous trouverons l’habitat idéal qui leur permettra de s’épanouir à nouveau, comme ils l’étaient en métropole 😊


Chaï, le petit grimpeur curieux

Alors qu’il n’avait encore que quelques mois, un beau matin d’été notre petit Chaï a disparu de la maison. J’ai eu beau fouiller les moindres recoins (dessous de canapé, placard, meubles…) aucune trace de notre petit Chaï.

Alors je suis sortie et j’ai commencé à l’appeler. Il me semblait l’entendre me répondre. J’essayais de localiser son miaulement et cela m’a ramené à l’intérieur de la maison à l’étage.

Puis à nouveau je me suis mise à l’appeler à l’intérieur mais plus de réponse.

J’ai alors ouvert la fenêtre de la chambre d’où me semblait venir son miaulement et ai recommencé à l’appeler.

A nouveau je l’ai entendu me répondre alors que je ne le voyais toujours pas ! J’ai donc pensé qu’il devait être sur le toit !

J’ai appelé encore et encore et mon petit chat me répondait. En me concentrant un peu j’ai fini localiser enfin la direction de son miaulement.

Notre petit Chaï était monté à la cime d’un grand pin chez le voisin qui possédait un chien. Il était à près de 6m du sol, plus haut encore que le toit de notre maison.

J’ai alors appelé alors mon conjoint. Il était stupéfait de voir notre petit Chaï dans les plus hautes branches de l’arbre. Le voisin se déplaça également mais ne put pas granchd chose pour nous n’ayant pas d’échelle assez grande pour l’atteindre.

Il était presque midi et le soleil était à son zénith, il faisait chaud et je voyais mon petit Chaï tirer la langue entre deux miaulements d’appel. Nous ne pouvions pas le laisser là-haut plus longtemps il fallait trouver une solution.

En mettant nos neurones en commun avec mon conjoint nous avons alors construit un outil pour récupérer Chaï. En démontant un panier de vélo et en l’accrochant à très longues tige en métal nous avons créé notre première « épuisette à chat » ! Mon conjoint est ensuite monté sur le mur qui nous séparait de chez le voisin et a levé « l’épuisette » au-dessus de son buste en direction de Chaï. Chaï s’en est approché mais avait trop peur d’y sauter. Nous commencions à désespérer quand j’ai eu l’idée d’aller chercher ses jouets préférés, dont un avec grelot. Et c’est grâce à ces deux jouets (leur odeur ou le bruit du grelot ?) que Chaï s’est finalement décidé à monter dans le panier et que nous avons pu le ramener sain et sauf, mais assoiffé, à la maison 😊 !

Et bien sûr, comme dans l’histoire de Vin plus haut, quelques temps après cette incroyable aventure, c’est comme si de rien n’était ! Petit Chaï reparti jouer gaiement dans les escaliers et effectuer des sauts périlleux entre la table basse et le canapé !