Animaux

Qu’est-ce que la médiation animale ?

Qu’est-ce que la médiation animale ?

Plus souvent connue sous l’appellation « Zoothérapie », la médiation animale est une pratique à visée thérapeutique qui consiste à visiter des publics ciblés, dits « fragiles » avec un ou plusieurs animaux spécialement choisis et éduqués en ce sens. L’intervenant est donc l’accompagnant de l’animal et l’animateur de la séance. Pour le reste, c’est l’animal qui joue le rôle clef, qui va susciter l’intérêt et permettre les interactions entre l’intervenant, les bénéficiaires de la séance et le personnel soignant, les tuteurs, parents ou aidants.

résident et chien

Histoire de la médiation animale

On retrouve trace de pratiques voisines de la zoothérapie ou médiation animale depuis le 9ème siècle. Sa réelle émergence a fait suite aux travaux du pédopsychiatre, le Dr Boris Levinson qui découvre « par hasard » en 1953 les bienfaits de la présence d’un animal en accompagnement thérapeutique.
Un jour, alors qu’il recevait un couple et leur enfant autiste qui ne communiquait pas avec le monde extérieur, le Dr Levinson oublia de faire sortir son chien de son bureau. Le chien s’approcha alors instinctivement de l’enfant et commença à le sentir et le lécher. L’enfant commença à le caresser et à lui parler, sous les yeux ébahis de ses parents et du Dr Levinson qui poursuivit ce type de séance avec cet enfant mais aussi d’autres patients.

Ses travaux furent ensuite repris par de nombreux chercheurs et Docteurs qui mirent en lumière les nombreux bienfaits de la présence d’un animal auprès de patients ou de publics isolés. Pour résumé très brièvement, on peut dire que la médiation animale concerna d’abord le milieu médical en accompagnement de patients et de pathologies puis elle s’ouvrir progressivement au milieu social en accompagnement de public isolé.

La notion de médiation animale est encore aujourd’hui en pleine évolution. La pratique n’est pas figée comme peuvent l’être certaines pratiques exclusivement médicales.

Il existe autant de façon de pratiquer la médiation animale qu’il existe de praticiens car même s’il a tendance à s’effacer pendant les séances, l’intervenant joue un rôle dans le processus de guérison et d’accompagnement des bénéficiaires. Sa personnalité, ses paroles, ses actes et son positionnement en tant qu’individu unique sont autant de facteurs qui peuvent influencer positivement (ou non) les bienfaits des séances.

Ce pourquoi, avant tout engagement avec un intervenant en médiation animale il est préférable de pouvoir faire un essai ou au moins une rencontre avec l’intervenant. Autant le(s) bénéficiaire(s) que ses aidants ou accompagnants doivent pouvoir se sentir en confiance, accompagnés, soutenus et inclus dans la démarche et la pratique.

médiation en institut

Comment se déroule une séance ?

Préparation en amont

Un premier rendez-vous est fixé avec l’équipe encadrante, le personnel superviseur ou le tuteur ou aidant du ou des bénéficiaires afin de discuter ensemble des possibilités, demandes et envies de mise en place des séances de médiation animale. (fréquence, profil bénéficiaire, durée, lieu de pratique, objectif des séances….)

L’intervenant prépare ensuite ses séances par rapport aux spécificités du/des bénéficiaire(s) et aux objectifs thérapeutiques définis ; ex : travailler la motricité, stimuler les sens, stimuler la mémoire, créer du lien et des interactions dans le groupe, travailler la responsabilisation, apporter un moment de détente et de bien-être, se concentrer sur le moment présent, reprendre contact avec l’environnement extérieur….).

Ces objectifs vont amener le praticien à préférer telle ou telle espèce et même à l’intérieur de l’espèce tel ou tel animal selon sa personnalité propre et ce qu’il va renvoyer/apporter au(x) bénéficiaire(s). Ex : pour travailler avec un public grabataire on va préférer des animaux très calmes et doux alors qu’avec un public carcéral ou de jeunes enfants on va plutôt choisir un animal un peu têtu qu’il faudra apprendre à cadrer et responsabiliser par la douceur.

Ces différents éléments vont permettre au praticien de créer une trame pour la séance à venir mais pas un scénario. Chaque séance est unique car elle s’ajuste au moment, au contexte, à la forme et l’état d’esprit du ou des bénéficiaire(s). Si un ou plusieurs bénéficiaire(s) n’ont pas envie d’interactions avec l’animal, l’intervenant n’insistera pas.

La séance

L’intervenant arrive à l’heure prévue accompagné d’un ou plusieurs animaux choisis spécialement pour la séance. Après une phase de présentation, l’intervenant va lancer une dynamique d’échange autour de l’animal avant d’entamer d’éventuelles actions de dialogue, de stimulation des sens ou de la motricité du public.

Toute la séance se construit et se déroule sur la base de l’écoute et de l’observation du/des bénéficiaire(s). Les interactions avec l’animal sont ajustées selon les besoins et envies de chacun.

Aussi bien les bénéficiaires que les animaux sont traités avec la plus grande bienveillance. Aussi, l’intervenant veillera au bon respect du bien-être et de l’intégrité de l’animal (éviter la sur-sollicitation, l’accaparation et les gestes trop brusques ou violents).

Exemple d’actions qui peuvent être réalisées en présence des animaux par le ou les bénéficiaires :  nourrir l’animal, le promener, le cajoler, le brosser, le faire venir à soi, lui faire réaliser une action…..

Et d’une séance à l’autre il est toujours magnifique de constater les progrès et les liens se créer entre les bénéficiaires et l’animal ; ex : se rappeler de son nom et de ce qu’il aime manger, lui parler comme à un ami, le faire venir à soi avec un simple appel des yeux, arrêter de déambuler pour rester à proximité de l’animal…..

chaton et enfant

 

Pour qui ?

Pour une personne ou pour plusieurs formant un groupe.

Pour les publics dits fragiles ou isolés : EHPAD (tous secteurs), milieu hospitalier, établissements spécialisés et instituts de soin, milieu carcéral, milieu scolaire (maternelles et jeunes scolaires).

 

Comment choisir l’objectif de séance ?

Tout simplement en essayant de se mettre à la place de son public et se demander de quoi a-t-il besoin ? De quoi a-t-il envie ? Qu’est-ce qui lui ferait plaisir ?

  • Passer un moment plutôt zen et agréable ? (détente)
  • Se remémorer de bons souvenirs des temps passés ? (communication)
  • Stimuler les sens et la motricité pour en gagner plus ou la maintenir plus longtemps ? (stimulation sensorielle et motricité)
  • Créer une dynamique de groupe et un sentiment d’appartenance de chacun à ce groupe ? (sortir de l’isolement)
  • Apprendre à se responsabiliser soi-même au travers de l’animal ? (sens des responsabilités, confiance en soi et estime de soi)

Etc….

Autant de questions qui créeront des séances les plus adaptées possibles au besoin de chacun et donc, les plus riches possibles.

 

Evaluation de la séance

Chaque séance est évaluée par le praticien au niveau de l’avancée vers l’objectif de la séance, les interactions suscitées pendant la séance et la

Le praticien ajoutera également toute mention particulière utile; ex : Mme LYON exprime le désir de sortir de l’établissement en compagnie du chien, M. TRI que nous croisons dans le couloir en arrivant est demandeur pour participer à une séance….

Un bilan trimestriel est réalisé pour les encadrants, tuteurs ou décideurs pour qu’ils puissent évaluer s’il convient de maintenir les séances en l’état ou si l’on peut ajuster les objectifs et méthodes de travail (lieu, nombre, participants….).

petite fille et chien

Zoom sur le mot « animal » de « médiation animale »

L’animal est régi par deux principes : l’instinct (survie, chasse) et l’amour. En dehors des situations où son instinct est mis à l’épreuve, l’animal n’offrira que de l’amour.

Au travers de la relation que l’on crée avec un animal on découvre un amour inconditionnel et infini. L’animal est aimant, il est doux. Il n’émet ni critique, ni jugement. Il peut devenir votre meilleur confident, votre plus grande source de réconfort et d’amour.

Les animaux forment le groupe de soutien de notre évolution en tant qu’humains sur cette planète. Certains donnent leur vie pour nous nourrir, d’autres cheminent à nos côtés au plus proche de nous tout au long de notre vie. Tous participent de près ou de loin au grand équilibre naturel et cosmique de la planète (il n’y a qu’à se pencher sur le rôle essentiel que jouent les abeilles sur nos cultures).

Certaines espèces sont plus ou moins proches de l’homme, plus ou moins « domesticables ». Je préfère au terme « domesticable » la notion de « compagnon de vie ». Aussi, certaines espèces sont plus ou moins familières pour devenir nos compagnons de vie. Et ce au regard de notre culture, du continent et du milieu d’habitat et de la sensibilité et l’ouverture d’esprit de chacun.
Ainsi on peut voir naître des relations qui semblent assez extraordinaires et improbables entre l’homme et l’animal : ex : Tippi l’enfant de la jungle, Shaun ELLIS l’homme loup, Daphne SHELDRIK mère adoptive des éléphanteaux ….. et tant d’autres magnifiques exemples célèbres ou non aux 4 coins du globe.

Plus d’histoires extraordinaires juste ici : https://www.youtube.com/watch?v=7GMNRwNh1yU

lapinou

Coupler médiation animale et soin énergétique

Associer la médiation animale et le soin énergétique c’est offrir la possibilité de se ressourcer émotionnellement au contact de l’animal et énergétiquement au contact du praticien. C’est un soin deux fois plus riche qui se concentrera essentiellement sur un objectif de détente, de repos et de bien-être.

La personne qui reçoit le soin doit être consentante. Si la personne ne peut exprimer clairement son opinion, elle devra être assistée d’un encadrant ou tuteur/aidant assez proche de la personne pour pouvoir analyser finement ses réactions pendant la 1ère séance.

En pratique, le rendez-vous se déroule dans un endroit calme et plutôt isolé du bruit environnant ou seul le personnel encadrant/tuteur/aidant peut entrer.
Je viens vers la personne avec seulement un animal (qu’elle pourra ensuite choisir selon ses affinités particulières) et pendant que l’animal est avec la personne (sur ses genoux, son lit ou autour d’elle selon les affinités et préférences), je viens apposer mes mains sur elle pour lui envoyer de l’énergie.
L’échange verbal (lorsqu’il y en a un) peut se poursuivre sans que cela ne gêne la transmission du soin énergétique.

Ce type de séance s’organise en séance individuelle.